Voyage de retour

juillet 10th, 2009

La Nouvelle-Calédonie est un pays magnifique et attachant… qui présente 3 inconvénients:

1. 20 000 km pour y aller

2. à 20000 km de la métropole quand on y est

3. 20 000 km pour en revenir.

Pour détailler le point 3: 35h de voyage porte-à- porte. Sans problème particulier cette fois-ci. Les avions étaient loin d’être remplis, ce qui était plutôt agréable. Les  Z’oreilles venus voir la famille pendant les congés d’été métropolitain viennent d’arriver et resteront en général un mois.

Voici quelques photos du voyage:

Adieu à la Nouvelle-Calédonie. Sur la 2° photo, vous voyez la barrière de corail qui ferme le lagon et une passe qui permet l’entrée dans le lagon (dont je vous rappelle qu’il est classé patrimoine mondial par l’Unesco depuis un an)

img_3595.jpg                img_3602.jpg

Arrivée au Japon (escale à Tokyo-Narita, bien le temps de visiter l’aéroport…)

                              img_3604.jpg

img_3620.jpg    Non, le réacteur n’est pas en feu. C’est la nuit sibérienne.

Arrivée sur Mulhouse, après une halte à Roissy de 4h à 8h30: ce n’est pas le plus drôle du voyage! D’autant moins qu’il est impossible de savoir quand les bars vont ouvrir et quand la navette pour l’aérogare 2 va commencer à circuler…

                          img_3624.jpg

Il n’y a plus qu’à récupérer les bagages (si, ils étaient tous là!) et à rentrer en taxi à la maison… Le retour de Benoît n’est pas prévu avant la mi-août, au mieux….

Dernière semaine en Nouvelle-Calédonie

juillet 7th, 2009

Cette dernière semaine de mon séjour de 6 mois à Nouméa a été un peu perturbée par un gros rhume. Je l’ai attrapé à Ouvéa où, mouillée par la pluie, je ne me suis pas rendu compte que Benoît avait mis la clim dans la voiture pour dégager le pare-brise ! Mal de gorge, nez qui coule, puis encombrement des bronches et toux… J’ai donc réduit mes baignades malgré la température encore agréable du lagon (22°C ?) et l’ensoleillement souvent présent (15 à 24°C pour l’air) et j’ai renoncé à une plongée que je devais faire le 6 juillet avec une copine. Heureusement, la vie culturelle était particulièrement intense à Nouméa (du moins pour les Européens car je n’y ai guère vu de Canaques) puisque j’ai pu, cette semaine, voir  Home proposé par la Fédération des Œuvres Laïques, puis un film et une belle expo photos sur le Vanuatu à l’Institut de Recherche pour le Développement, et aller au concert au Conservatoire avec une copine (et avec Benoît !) écouter des œuvres pour piano à 4 mains magistralement interprétées. Les Z’oreilles sont maintenant arrivés en foule avec le début des vacances scolaires. Peu de touristes, mais des gens qui viennent voir la famille et les amis. Quelques jeunes à la recherche de boulot aussi, tentés par l’exotisme.

Nous avons encore profité de produits de la mer que nous n’avions pas encore dégusté comme ces superbes moules vertes néo-zélandaises.

img_3531.jpg

A l’ Institut de Recherche pour le Développement, j’ai aussi pu goûter du kava, une boisson interdite en métropole, faite à partir d’une racine aux propriétés apaisantes, parait-il : je n’ai pas pu vraiment en juger, n’ayant pris qu’une gorgée d’un liquide au goût de terre, amer et paralysant les lèvres. Il parait qu’au Vanuatu les hommes l’autorisent à leur gendre quand celui-ci a déjà 2 enfants : une méthode contraceptive qui doit bien en valoir d’autres… La boisson se déguste en compagnie dans les nakamals de Nouvelle-Calédonie et c’est un acte de socialisation traditionnelle. Les problèmes viennent du mélange avec l’alcool !

Samedi, nous sommes allés randonner dans le Parc de la Rivière Bleue (voir mon article du 17 février).

                img_3537.jpg

Après un vieux pont de bois interdit à la circulation et franchi à pied,

img_1411.jpg

nous avons pris la navette qui suit une piste pendant 30 min, puis nous avons monté 2h30 d’un sentier exceptionnellement bon jusqu’à de superbes marmites de géant.

img_3561.jpg

Nous avons pu admirer la plante carnivore la plus célèbre de Nouvelle-Calédonie, appelée à cause de sa forme « gourde du mineur » (nepenthe), et endémique à ces terrains du Sud empoisonnés par les métaux. Nous n’avons pas assisté à la capture d’un insecte !

nepenthe-2.jpg                  nepenthe-5.jpg

Il y a aussi dans ce parc de très beaux kaoris, jusqu’à 40m de haut.

le-grand-kaori-4.jpg

La température est plus agréable maintenant pour marcher, mais l’air reste saturé d’humidité et la transpiration a du mal à s’évaporer.

Dimanche tranquille à Nouméa : culte, petit tour dans la ville

img_3580.jpg

et au marché, déjeuner chez Joanne et Olivier, balade en bord de mer, début de tri de nos affaires puisque je prends l’avion mercredi pour un retour définitif en métropole où m’attendent l’assemblée générale des Eglises d’Europe (KEK) et des projets familiaux (2 petits enfants à naître cet été !). Benoît reste enchaîné au moins jusqu’à la mi-août à son travail de bagnard  (c’est la réalité même si la chaîne et les boulets sont plaqués or !).

Le pays et ses habitants nous laisseront de très bons souvenirs et nous espérons y revenir. Benoît y fera sans doute encore de brefs passages ; sa retraite finira bien par arriver (du moins je l’espère !), ce qui pourrait nous fournir le temps de revenir faire un séjour libre de quelques semaines !

Ouvéa

juin 29th, 2009

arrivee-a-ouvea-3.jpg             fayaoue-4.jpg

Si vous rêvez d’une plage de 25 km de sable blanc, de mer turquoise et de cocotiers, à partager éventuellement avec votre cher (chère) et tendre et une poignée de gamins canaques, courez vite sur l’île d’Ouvéa…. Quasi déserte sans que ayons pu déterminer quelle en était la cause déterminante : la saison ? la météo ? les évènements politiques ? la somme des 3 ?

Nous avions retenu une case en tribu.

gite-bougainvillier-2.jpg                     gite-bougainvillier-3.jpg

Nous avons été contents de ne pas avoir choisi de camper : au moins nous avions un toit sur la tête, même s’il était en paille, et de l’électricité pour affronter la longue nuit tropicale. L’accueil était charmant, le jardin bien fleuri, poissons, ignames et taros bien préparés. Nous n’avons pas bien compris non plus pourquoi les bateaux n’accostent plus. Certains ont mis en cause le changement et le nouveau bateau moins adapté au wharf, d’autres l’état du wharf (en béton assez mité pour ce que nous avons vu), d’autres encore l’état de la mer… L’essence et les provisions autres que locales viennent régulièrement à manquer.

Vendredi, nous sommes arrivés dans la matinée après un vol de 45 min depuis Nouméa. Le beau temps nous a incités à profiter de cette grande plage où nous nous sommes baignés et baladés.

fayaoue-3.jpg            fayaoue-10.jpg

La position étendue de Benoît sur la plage n’a duré que le temps de la photo et d’essayer une spécialité néo-calédonienne : le petit pliant à mettre sous la nuque… Par contre, il a passé de bons moments avec son ordinateur chéri!

gite-bougainvillier-8.jpg

Nous avions retenu une voiture samedi et dimanche pour découvrir quelques beaux coins de l’île. Malheureusement, il a fallu souvent le faire avec un parapluie…

falaises-de-lekiny-4.jpg

Il y a eu aussi des moments d’accalmie

mouli.jpg

et nous avons fait une superbe balade vers les falaises de Lékiny, accessibles à marée basse (après avoir longé la plage en arc de cercle, il faut traverser le petit bras de mer que vous voyez en haut à gauche sur la vue aérienne).

falaises-de-lekiny-7.jpg                falaises-de-lekiny-13.jpg                                          survol-de-lekiny-2.jpg             falaises-de-lekiny-15.jpg           falaises-de-lekiny-19.jpg

La tempête était particulièrement violente dimanche matin et quand nous sommes allés voir la mer, nous nous sommes réjouis d’être sur une île et pas sur un bateau ! Le soleil est ensuite revenu et nous avons entrepris de longer la mer vers le Nord pour rencontrer les charmants animaux que sont les requins sur la passe de ce nom (nous ne les avons pas vus). Pour ce faire, nous avons affronté les animaux les plus dangereux de Nouvelle-Calédonie, les moustiques, de véritables nuées. Et lors du retour à la voiture, nous avons continué à nous battre (Benoît tout en conduisant) contre la centaine d’insectes voraces qui s’étaient engouffrés avec nous dans l’habitacle ! Une horreur !

Ouvéa présente de superbes paysages de lagons et de falaises, mais la venue de touristes n’est pas encore gagnée. Une savonnerie y a fonctionné, ce qui explique que l’importation de savons de ménage soit interdite en Nouvelle-Calédonie : priorité à l’emploi local. Elle ne fonctionne plus depuis assez longtemps ( ?), mais cela n’a pas empêché un importateur de savons dont le bateau était parti du Havre le jour de la promulgation de cet arrêté d’écoper d’une amende salée et de devoir remmener ses savons en métropole…. Je m’étais étonnée en janvier de ne pas trouver de savons. Il faut se laver avec des savonnettes, laver son linge avec des poudres à laver, ce qui n’est peut-être pas le mieux pour l’environnement ! Nous avons rencontré lors de nos balades des ensembles de cases ou de bungalows, visiblement construits pour les touristes, et retournés à l’état de ruines. Dans certains cas, le promoteur est parti avec les subventions de la Province sans payer les artisans… Le copinage a de beaux jours devant lui !

Solstice d’hiver à Nouméa

juin 21st, 2009

vLe début de la semaine  a été beau et je suis allée avec 2 copines à l’île aux canards, un petit îlot à 5 min de taxi-boat de l’anse Vata. Il y a là beaucoup de poissons et nous nous sommes régalés avec nos masques et tubas.

                ile-aux-canards.JPG

Le temps s’est gâté vendredi. Nous avons eu cette nuit une belle tempête de pluie et de vent et cela a repris ce midi après une matinée plutôt ensoleillée. La température oscille entre 15°C le matin quand la nuit est claire,  et 23°C l’après-midi quand il y a du soleil.

Hier samedi 20 juin 2009, après un vendredi très pluvieux, la météo annonçant un temps meilleur vers le Nord, nous sommes retournés dans la région de Farino, « la petite Suisse », à 1h 3/4 de route de Nouméa.

                farino.jpg        farino-1.jpg

Au fond, vous reconnaissez sans doute le Bodensee…

Même en hiver, il y a des fleurs spectaculaires comme cette espèce de trompettes géantes :

               trompettes.jpg                     trompettes-1.jpg

Nous avons fait une jolie balade vers une cascade : l’eau était plus fraîche qu’en été, mais nous en avons néanmoins bien profité. Et il faisait bon se sécher au soleil…

cascade-de-farino.jpg      cascade-de-farino-1.jpg             cascade-de-farino-2.jpg

Un bon déjeuner dans une auberge locale, chez « Mamy Fogliani » a succédé à notre baignade :

             chez-mamy-fogliani.jpg

L’excellent menu (terrine de cerf, salade de papaye, crabe de palétuvier, rôti de cerf, chouchoutes à la crème, crème dessert ; hum !!!), nous a redonné des forces pour une 2° balade, cette fois-ci dans le Parc des Grandes Fougères (voir mon article du 6 avril). La végétation y est toujours aussi spectaculaire :

             parc-des-grandes-fougeres.jpg                  parc-des-grandes-fougeres-1.jpg

Et la pluie a attendu pour tomber à 16 h que nous ayons rejoint la voiture. Notre voiture est maintenant une C4 de location, le garage Nissan nous ayant prévenu que les ennuis que nous avions avec le train avant du 4×4 étaient beaucoup trop graves pour continuer à rouler. Il nous avait fallu 2 mois pour avoir un RV au garage et il faut compter un minimum de 3 semaines pour avoir les pièces de rechange… Espérons que la C4 (que je trouve très agréable à conduire) suffira à Benoît sur les routes du Sud où il doit franchir plusieurs gués… Compte tenu de son optimisme habituel, il pense que nous ne sommes plus en période de pluies et d’inondations ; j’ai des doutes quand je vois ce qui est tombé depuis hier soir !

Cet après-midi de dimanche, nous avons attendu la fin de la pluie pour participer à la fête de la musique. Le centre ville était fort animé par toutes sortes de groupes musicaux et, après un tour en ville, nous sommes allés écouter différentes classes du Conservatoire.

            img_3373.jpg                      img_3382.jpg

Il y avait eu vendredi au Vieux-Temple un joli concert d’une chorale qui donnait des chants africains et australiens. Et mercredi, une conférence sur l’architecture du temple. Nouméa avait ces jours-ci une activité culturelle remarquable !

    


Nous projetons de partir 3 jours à Ouvéa, encore une “île la plus proche du paradis”, “le plus bel atoll du Pacifique”, le lieu aussi où sont morts otages et indépendantistes en 1988 et où J-M. Tjibaou a été assassiné. Nous partirons vendredi matin et rentrerons dimanche 28 au soir. Vendredi est l’anniversaire des accords de Nouméa, un jour plus ou moins férié. Le jugement du procès de ceux qui ont vandalisé avions et aéroport au début du mois ne sera rendu que lundi 29 et la situation devrait donc rester calme jusque là comme elle l’est depuis mardi dernier… Voilà, j’espère que vous allez vibrer au thriller que je suis en train de vous écrire! Je ne sais pas si vous avez eu des échos en métropole des querelles et manifs de ces dernières semaines. Si cela vous intéresse et que vous me le demandiez, je pourrais essayer de vous dire ce que j’ai plus ou moins compris…

Particularités calédoniennes

juin 20th, 2009

Nous sommes souvent surpris et nous nous posons la question : sommes-nous en France ou à l’étranger ? Sous bien des aspects, faire le tour de la moitié du globe pour aller en Nouvelle-Calédonie est beaucoup moins dépaysant que de traverser la Manche. Le fait de parler français, même si il y a quelques particularités de vocabulaire (utilisez-vous souvent une poche ? vous abritez-vous sous un faré ? connaissez-vous le bougna ? le mahi-mahi ? les pommes-lianes ? les bananes poingo ? les chouchoutes ? le poé ? le haussaire?) permet de se trouver en terrain balisé ! L’abondance dans les magasins de la nourriture et des vins français également. La Nouvelle-Calédonie a élu un député pour le parlement européen (avec beaucoup d’abstentions, il est vrai). Il est aussi amusant de constater que, bien que nous en soyons au solstice d’hiver, on fête la Saint-Jean avec de grands feux et que la fête de la musique est marquée par des concerts qui, à partir de 17h30, sont dans la nuit…
Pourtant, la lecture du journal peut nous faire entrevoir un abîme culturel. La consommation du kava, interdite en France, est un acte de socialisation. Et j’ai été amusée de lire la déclaration du vice-président du gouvernement, difficilement élu après de longues négociations: « Je voudrais dédier ce qui m’arrive à mes parents, ma femme, mes enfants, mes tontons, mon église et, bien entendu aux militants de l’UC depuis la petite section de base de ma tribu »…

Reprise en Nouvelle-Calédonie

juin 15th, 2009

Voilà, ce dimanche, le décalage horaire commence à être digéré et nous reprenons nos habitudes de vie calédonienne. Dès jeudi, nous avons récupéré notre valise, ce qui me permet de vous envoyer mes photos de l’aéroport d’Osaka imaginé par Renzo Piano.

osaka-aeroport.jpg                       osaka-aeroport-4.jpg

La grève générale a été suspendue dès jeudi. Nous avons été contents de ne pas attendre nos bagages 11 jours comme cela avait été le cas en janvier ! Après 3 jours gris ou même pluvieux, nous avons eu du très beau temps ce week-end, mais beaucoup plus frais qu’avant mon retour en métropole. 15°C ce matin. Cela ne nous empêche pas de nous baigner une ou deux fois par jour (l’eau est certainement à plus de 20°C), mais notre promenade avec masque et tuba cet après-midi s’en est trouvée raccourcie. Nous avons apprécié nos retrouvailles avec les poissons et les coraux multicolores.
Hier, nous avons retrouvé avec joie les superbes paysages du Sud, ces paysages d’une pauvre végétation endémique, empoisonnée par les métaux présents, mais qui fait de si beaux contrastes avec la terre rouge balafrée par les exploitations minières, et les bleus du lagon.

img_3226.jpg

Nous avons gravi hier le Pic du Grand Kaori (587m). La latérite était toujours bien glissante après les pluies de la semaine, mais le soleil moins écrasant et les vues magnifiques, tant sur les lacs que sur la baie de Prony… et sur le site de la centrale de Benoît !

au-sommet.jpg     lac-en-huit-3.jpg        grand-lac-1.jpg

usine-de-nickel-1.jpg                 descente-vers-le-wharf-de-valeinco-3.jpg

Nous avons ensuite parcouru un peu de piste en voiture pour descendre au wharf qui alimente le site.

Une baignade sur la plage proche nous a permis de rencontrer un curieux animal marin (?). Les fougères ont pris leur livrée d’automne, non point brune comme chez nous, mais d’un joli gris argenté. Il y a encore des fleurs.

drole-de-faune-marine.jpg       fougeres-en-automne-1.jpg         toupet-rose.jpg

Aujourd’hui, après le culte, j’ai participé au jury d’un concours de cuisine dans la paroisse du Vieux-Temple, un jury très international : une Canaque, un Polynésien, un Togolais, une Irlandaise et moi. Mais nous avons été unanimes pour attribuer le premier prix à des papillotes de tazard et igname, agréablement assaisonnées avec des algues. Les bananes-poingo au jambon (un peu comme les endives au jambon chez nous) n’étaient pas mal non plus…
Quittant notre terrasse, toujours à l’ombre puisqu’elle est plein sud, Benoît et moi sommes allés contempler le coucher de soleil du haut d’Ouen Toro ce soir à 17h 20. C’est peut-être cela le plus difficile : renoncer aux longues soirées d’été de chez nous. A 17 h 45 (et même plus tôt par mauvais temps), il fait nuit.

img_3274.jpg                            img_3282.jpg

A nouveau Nouméa : récit 1

juin 10th, 2009

A titre exceptionnel, vous aurez droit à 2 récits tout à fait authentiques de notre nouveau voyage à Nouméa. Celui-ci est pour « pour les grincheux », l’autre « pour les amoureux de la vie ».

Nous voici à nouveau à Nouméa, ce mercredi 10 juin 2009. Sous un ciel gris et par un temps maussade. Il faut allumer à 16h30. Arrivés hier mardi à minuit, bien fatigués par ce long voyage de 32h dont 22h de vol et en classe éco cette fois. L’obtention de places d’avion avait été un véritable parcours du combattant alors que nous avions décidé de nos dates de voyage il y a 2 mois. L’agence ne s’en est pas occupé à temps, nos billets ont été plusieurs fois annulés ; Alstom a prévenu en dernière minute que nous ne pouvions pas voyager en classe affaires ; alors que vendredi, après bien des péripéties, nous avions 2 places en éco, dimanche j’étais passée en liste d’attente… et l’agence était fermée. Nous avons découvert à Mulhouse que mon billet avait été mystérieusement changé pour le 15 juin… Le Boeing (Paris-Osaka) s’avère particulièrement inconfortable avec des places très étroites et la quasi impossibilité de bouger compte tenu du fait que les places sont groupées au moins par 3. De plus, le dispositif vidéo ou musique ne fonctionnait pas et Benoît avait remis dans les bagages enregistrés le livre que je m’étais préparé pour le voyage. L’avion étant parti avec 30 min de retard de Mulhouse, nous avons fait une course éperdue dans les interminables couloirs de Roissy. Evidemment, alors qu’il ne s’était rien passé à Mulhouse, le portique s’est mis à sonner à mon passage et cela m’a valu une fouille à corps ! Tout cela pour constater que l’avion pour Osaka avait lui aussi 30 min de retard et que nous avions couru pour rien ! Et pour être placés à un endroit particulièrement bruyant et sur une aile, ce qui ne permet pas de voir le paysage. D’Osaka à Nouméa, le temps était bouché. Il est, bien sûr, beaucoup plus difficile de dormir en éco qu’en affaires où le siège s’incline presque jusqu’à l’horizontale, et le desséchement est important pour la peau et les muqueuses alors qu’en affaires on a de l’eau et des crèmes hydratantes à sa disposition. Et aussi des chaussettes et des pantoufles…

A l’arrivée, nous avons retrouvé l’odeur de moisi caractéristique des pays tropicaux. Mais pas nos bagages. Plus exactement, nous avons récupéré la valise vide prise pour notre futur retour, mais pas la pleine. En janvier, il nous avait fallu 11 jours pour récupérer nos affaires et encore, avec de la casse ! Vous n’aurez donc pas de photos car le cable de liaison appareil photos-Ordi est dans la valise. Les moustiques et le bruit des boîtes de nuit étaient au rendez-vous dans notre chambre.

Cerise sur le gâteau : le pays est en grève générale. Nous nous sommes heurtés ce matin à la pénurie de gazoil. Quant à Benoît, il s’est mis au travail à la première heure, débordé par tous les ennuis et contretemps, les habituels et ceux dus à la grève ! Les techniciens australiens n’auront pas rapidement de visas pour venir travailler. Du matériel indispensable est bloqué sur le port par les grèvistes. La situation politique semble assez tendue. Par ailleurs, le collègue parisien avec qui Benoît travaille est en congé pour accompagner l’agonie de sa femme. Ce sont eux qui nous ont précédés ici.

A nouveau Nouméa : récit 2

juin 10th, 2009

 

A titre exceptionnel, vous aurez droit à 2 récits tout à fait authentiques de notre nouveau voyage à Nouméa. Celui-ci est pour « pour les amoureux de la vie », l’autre « pour les grincheux ».

 

            Nous voici à nouveau à Nouméa, ce mercredi 10 juin 2009. La mer s’étend calme comme un lac sous nos fenêtres, bordée par les palmiers hiératiques et exceptionnellement immobiles. Notre premier bain ce matin a été un régal dans une eau encore assez chaude (plus de 20° en tous cas). Quel plaisir de revenir de la plage pieds nus à travers l’herbe, accompagnée du chant des élégants merles calédoniens à la luxueuse livrée soulignée de blanc ! C’est incroyable de changer comme cela d’univers en moins de 1 jour 1/2 de voyage, après avoir plané au-dessus des nuages, admiré le coucher de soleil sur la Sibérie et pu profiter de musiques, de films, de boissons, de repas variés dans ces merveilles technologiques que sont les avions, et en particulier l’Airbus entre Osaka et Nouméa où les conditions sont assez bonnes, même en classe éco ! Et finalement, j’ai pu avoir un billet pour voyager avec Benoît ; un voisin aimable a même accepté de changer de place pour que nous soyons côte à côte. Un peu d’humour de Benoît : « la première fois, nous avons voyagé en 1° classe (grâce à un sur classement impromptu), la 2° en affaires, la 3° en éco, la prochaine fois ce sera en soute »… On se fait à tout, mais c’est l’occasion de s’apercevoir que l’on se fait très bien au luxe, et de méditer sur les aléas de la vie en général et des transports en particulier…  La halte d’Osaka nous a permis de nous dégourdir les jambes et nous avons pu profiter du salon d’affaires grâce à la carte Gold de Benoît. J’ai fait quelques photos de ce bel aéroport construit par Renzo Piano et j’ai acheté une autobiographie d’Obama en anglais pour la suite du voyage : « Dreams from my Father », une réflexion sur le métissage. Que notre monde est devenu riche de ces rencontres interculturelles !

Nous sommes arrivés sans encombre chez nous : la navette a attendu que nous ayons terminé nos recherches de bagages et, à l’hôtel, nous avons été accueillis comme de vieux amis par un personnel aimable et souriant. Notre appartement était impeccable et nous avons retrouvé avec plaisir notre grand lit de 180 cm et ses moelleux oreillers dans une température agréable qui nous a permis de profiter de la douceur de la couette !  Et nous avons apprécié de retrouver des affaires dans nos placards tout en espérant que le complément que nous avons essayé de ramener avec nous ne tardera pas trop. Nos ordinateurs et leurs alimentations sont avec nous, cette fois. Et c’est plus facile de se réinstaller que de s’installer !

Il nous restait assez de gazoil dans le réservoir pour faire quelques courses. Plaisir du marché où nous avons acheté poisson (bossu), crevettes, mandarines, bananes, patates, un de ces gros pamplemousses délicieux, une nouvelle variété de papaye que nous ne connaissions pas encore et divers légumes. Il semblerait que la gendarmerie veille à ce que les pompes puissent être alimentées… Espérons que la situation politique va se débloquer.

 

Au revoir

mai 17th, 2009

            Un petit tour en métropole pour les 3 semaines qui viennent ! 2 photos de notre balade de ce dimanche après-midi à Nouville:

 img_3163.jpg           img_3168.jpg

Joie de revoir ceux qu’on aime, tristesse de quitter de nouveaux amis et de si beaux paysages… A bientôt !

Eoliennes de Plum

mai 17th, 2009

 

Nous avons hésité ce samedi 16 mai à entreprendre une randonnée car, à notre réveil, il pleuvait, ce que nous n’avions pratiquement pas vu depuis un mois, et les prévisions de la météo étaient mauvaises. Nous nous sommes consolés en allant au marché acheter crabe et autres douceurs.

crabes.jpg         taros-et-patates.jpg

Puis le temps s’étant amélioré, nous avons décidé de monter aux éoliennes de Plum : une vingtaine d’éoliennes danoises de 225 kW chacune, la plus grande ferme éolienne de France, ont été installées depuis 1996, mais certaines ont été endommagées par les cyclones.

eoliennes-de-plum.jpg           vue-sur-plum.jpg

Elles sont placées sur une crête, à 35 km au sud-est de Nouméa, et l’on a une très belle vue sur le lagon, la côte, les montagnes et les paysages un peu lunaires du Sud.

 depuis-les-eoliennes.jpg

Mais, comme souvent, le terrain n’est pas facile pour y monter et encore moins pour en descendre ! La trace emprunte la ligne de plus grande pente et traverse des zones latéritiques dégagées et très glissantes.

ca-glisse.jpg     descente-sur-plum.jpg

Heureusement, nous avons pu achever notre balade (de 4h) avant la pluie. Nous nous voyions mal partis s’il avait plu sur un tel terrain !

Quant au crabe, il a été délicieux au dîner !




Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 41 articles | blog Gratuit | Abus?